L’Eglise pour une perspective pastorale environnementale innovante

Une délégation de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) avec sa commission des Ressources Naturelles (CERN-CENCO) participe à une conférence sur l' »Ecologie intégrale : une réponse synodale de l’Amazonie et d’autres biomes/territoires essentiels à l’entretien de notre foyer commun » qui se tient du 18 u 23 mars à Washington aux Etats-Unis .


La conférence est entre autres organisée par le Réseau Ecclésial Pan amazonien (REPAM), une structure de l’Eglise catholique mise en place depuis 4 ans et qui a pour mission de promouvoir et travailler pour le « soin de la maison commune » et à une conversion socio-environnementale.
Les participants viennent des instances du Vatican, des réseaux ecclésiaux, des organisations sociales et territoriales des peuples originaires et les communautés amazoniennes, des instances universitaires, des organisations internationales et institutions spécialisées. Un délégué de peuple autochtone Pygmée de la RD Congo n’a pu participé à ces assise faute de visa qui lui a été refusé.
Selon les organisateurs, cette rencontre a pour objectif d' »encourager une perspective pastorale innovante qui permet les options de communion territoriale autour des biomes essentiels afin que la palnète continue à avancer pour la défense de la maison commune et le projet du Royaume de Dieu en elle ».


A la suite du Pape François dans son Encyclique sur l’Environnement « Laudato Si », les organisateurs soutiennent que « certains endroits requièrent une protection particulière à cause de leur énorme importance pour l’écosystème mondial, ou parce qu’ils constituent d’importantes réserves d’eau et assurent ainsi d’autres formes de vie ». C’est le cas de « ces poumons de la planète pleins de biodiversité que sont l’Amazonie et le bassin du fleuve Congo, ou bien les 31 grandes surfaces aquifères et les glaciers. On ignore pas l’importance de ces lieux pour toute la planète et pour l’avenir de l’humanité ».


Dans sa présentation faite le mardi 19 mars 2019 intitulée: « Les conflits socio-environnementaux et risques pour l’avenir des communautés locales dans le bassin du Congo », Mgr Donat Bafuidinsoni Maloko-Mana, évêque d’Inongo (RD Congo), a estimé que la sauvegarde de cette réserve stratégique pour l’humanité, pose aujourd’hui problème en raison notamment de « la pression démographique ».


Cern

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *