À Nairobi, Félix Tshisekedi plaide pour la « sensibilisation » dans la lutte contre le changement climatique

Lors du «One planet summit» (Sommet pour une Seule Planète) organisé au Kenya, le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi a plaidé pour « la sensibilisation et l’interdiction du déboisement » pour lutter contre la déforestation et le changement climatique, a rapporté le jeudi 14 mars la presse présidentielle congolaise.

Il n’y a pas de plan B pour ce grand défi parce qu’il n’y a pas de planète B, ont martelé les différents panélistes lors de ces assises qui tenues du 11 au 14 mars 2019 à Nairobi au Kenya, rapporte la presse présidentielle de la RDC.
L’Afrique est le continent qui contribue le moins à la pollution mais subit les effets néfastes du changement climatique. L’une des conséquences emblématiques est l’assèchement du Lac Tchad, explique-t-on.
M. Tshisekedi a participé à ce sommet aux côtés de ses homologues de la France, du Kenya et du Madagascar ainsi que près de 500 décideurs venus de différents pays.
A cette occasion, le président français Emmanuel Macron a notamment annoncé « une contribution supplémentaire de la France de 500 millions d’euros à l’alliance solaire internationale », selon le site internet du journal français le Figaro.
« On doit changer en profondeur notre modèle et remettre l’environnement au cœur de l’économie de marché. Il faut remettre la lutte contre le réchauffement climatique et pour la biodiversité au cœur de chacun des investissements, des choix d’entreprise, des choix de nos pays et de nos villes (…) J’y prendrai toute ma part», a-t-il lancé, selon cette source.
Lors de ce sommet, la communauté internationale s’est prioritairement mobilisée dans deux domaines, celui des énergies renouvelables, et notamment le solaire, et la lutte contre la déforestation. Ainsi, pour apporter la lumière dans tous les villages d’Afrique, Emmanuel Macron a défendu le modèle du Kenya où 75% de l’électricité est fourni par le renouvelable. C’est à cette fin que le président fraçais a annoncé une contribution supplémentaire de 500 millions d’euros à l’Alliance solaire internationale, portant son investissement dans cette coalition à 1,5 milliard d’euros d’ici 2022, rapporte le figaro.fr. L’initiative avait été lancée par la France et l’Inde lors de la conférence de Paris pour le climat en décembre 2015. L’Alliance solaire vise à réduire massivement les coûts de l’énergie solaire pour en faciliter le déploiement dans les 121 pays à fort ensoleillement.
Après Paris et New York, la troisième édition de « One planet summit » s’est tenue au Kenya, à Nairobi, siège du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), l’agence de l’ONU dédiée à l’environnement.
Cette rencontre avait pour objectif de « rehausser les ambitions sur le climat, affirmer que la dynamique de Paris est en marche et souligner le rôle clé de l’Afrique dans la mise en œuvre de cet accord », note par ailleurs le site français.

Cern

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *