La Cern pour la transformation locale des ressources naturelles de la RDC

La Commission épiscopale pour les ressources naturelles (Cern-Cenco) a plaidé dimanche 10 février 2019 à Kinshasa pour une transformation au pays des ressources naturelles de la République démocratique du Congo, lors d’une émission radio diffusée.

« Nous avons les ressources, si nous voulons bien en bénéficier il ne suffit pas seulement de les vendre, il faut aussi les transformer », a déclaré Henri Muhiya, secrétaire exécutif de la Commission épiscopale pour les ressources naturelles de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cern-Cenco).

Pour lui, « il ne faudrait pas qu’on vende seulement les ressources, mais qu’on réfléchisse aussi sur le besoin de transformation des ressources et le besoin d’utilisation de nos ressources ici localement en RDC ».

Henri Muhiya, Secrétaire exécutif de la Cern au studio de Radio Maria/Photo Cern-Cenco 2019.

Il s’agit de donner « une valeur ajoutée à nos ressources naturelles et on peut se développer en tenant compte aussi de l’équilibre de l’environnement », a-t-il expliqué.

M. Muhiya était l’invité de l’émission « Découverte » de la Radio catholique Maria où il a été interrogé sur les résultats d’une enquête menée en 2016 par la Cern-Cenco sur le « Regard des partis politiques et des confessions religieuses de la République démocratique du Congo sur l’environnement et les ressources naturelles ».

Selon cette enquête publié en décembre 2016, la question d’environnement et des ressources naturelles n’est pas prioritaire auprès des partis politiques et des confessions religieuses en RDC. En effet, sur plus de 500 partis politiques enregistrés dans le pays, 89 ont répondu aux questionnaires d’enquêtes et seuls « 35 partis ont déclaré avoir un programme sur l’environnement et les ressources naturelles ».

La situation est similaire pour les confessions religieuses. « Plus de la moitié des confessions contactées n’a pas accepté de répondre au questionnaire et parmi les confessions religieuses qui ont répondu, l’intérêt sur la question n’a pas dépassé les 40% », indique le rapport d’enquête.

L’étude avait pour objectif de contribuer à l’élaboration d’une politique nationale de gestion des ressources naturelles et de lutte contre la changement climatique.

En RDC, il existe un paradoxe entre l’abondance des ressources naturelles et la pauvreté de la population.

M. Muhiya a à l’occasion félicité les ingénieurs congolais qui ont fabriqué les robots roulage qui réglementent la circulation dans certains carrefours à Kinshasa.

« Il y a d’autres inventions qu’on peut avoir ici (en RDC), qu’on peut commercialiser, dupliquer, multiplier parce que nous avons les ressources nécessaires pour pouvoir développer ces technologies ».

Cern-Cenco

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *