RDC : le diocèse de Lolo menacé par les effets du changement climatique

Dans le diocèse de Lolo, « l’écosystème est réellement menacé par l’exploitation forestière incontrôlée et irrationnelle par les sociétés d’exploitation de bois et par la communauté pour la production de charbon par manque d’énergie électrique ainsi que, par la pratique de l’agriculture sur brûlis. Tout ceci contribue à la forte perturbation climatique et les séquences de saisons culturales. Cette perturbation entraîne des inondations périodiques récurrentes pendant lesquelles les populations sinistrées sont exposées aux différentes sortes de maladie qui entraîne le risque très élevé des épidémies, surtout chez les enfants qui peuvent facilement manipuler les ordures humaines », a estimé l’Abbé Lambert Lihane Nkoymolebe (directeur de ORN Lolo) lors de l’atelier de formation sur la cartographie de la situation de la forêt du bassin du Congo tenu du 19 au 20 octobre 2018 à Kinshasa.

A gauche (devant l’ordinateur), l’abbé Lambert Lihane Nkoymolebe, directeur de ORN Lolo.

Diocèse de Lolo, carte de visite environnementale 

Le Diocèse de Lolo dans la province de l’Équateur (nord-ouest) est situé dans le bassin forestier du fleuve Congo voit aujourd’hui son environnement menacé. L’écosystème ainsi que les ressources naturelles sont en perpétuelle dégradation et en sont plus à même d’assurer un cadre de vie sain aux populations locales ni de contribuer significativement à l’accroissement de la production.

Cette dégradation se manifeste notamment par :

  • La déforestation
  • La perte des éléments constitutifs de la diversité biologique
  • La dégradation et amenuisement des ressources environnementales, celles en eau et en terre.
    En plus de cela, il y a :
  • La méconnaissance de la législation foncière et le non application des lois sur la protection de l’environnement ;
  • L’exploitation forestière incontrôlée et abusive aussi bien par les sociétés d’exploitation des bois que les producteurs du charbon de bois par manque d’énergie électrique ;
  • Le braconnage ;
  • La pratique de l’agriculture itinérante sur brûlis.

Ces faits influencent négativement sur la sécurité alimentaire des populations et des communautés, menacent la faune et la flore, provoquent des érosions, la pression démographique sur les réserves naturelles, la pollution de l’environnement et entraînent des fortes perturbations sur le climat et les séquences culturales.
D’une superficie de 10.200 Km², avec environ 225.000 habitants, le diocèse de Lolo est accessible par voies aérienne, fluviale et routière bien que la plupart des pistes sont en état de dégradation avancée.

Potentialités

  • Le diocèse de Lolo regorge d’une flore encore dense et d’une faune abondante, des écosystèmes à protéger.
  • Il est dominé par un relief relativement plat et d’une hydrographie très riche dont le fleuve Congo, nombreuses rivières(7) et ruisseaux riches en ressources halieutiques et qui influencent la fertilité du sol souvent sablo-argileux ;
  • Il est caractérisé par le climat équatorial du type tropical humide avec une saison pluvieuse presque toute l’année intercalée par quelques mois de saison sèche.

Faiblesses

Elles sont relatives à l’exploitation abusive des bois pour la commercialisation par les industriels, pour la construction d’habitation, et surtout son usage sous forme de bois de chauffage et de braise par la population.
En ce qui concerne l’eau, c’est l’utilisation de la pêche artisanale avec les moustiquaires imprégnées d’insecticides, les engrais chimiques entraînant les inondations et perte des éléments de la biodiversité. Certains pêcheurs, notamment les femmes, pratiquent l’écopage des mares et des étangs et parfois l’empoisonnement des eaux .
Non application des normes de cadastre pour la répartition des habitations qui provoquent les érosions.

Que faire?

  • Exiger le reboisement des espaces détruits par les communautés et les sociétés d’exploitation forestière,
  • Introduire les techniques de l’agroforesterie,
  • Vulgariser les énergies nouvelles et renouvelables,
  • Promouvoir les campagnes d’éducation et de sensibilisation sur la protection des écosystèmes et la gestion durable de l’environnement,
  • Appuyer la création des activités génératrices des revenus pour les populations riveraines,
  • Mettre en place des mécanismes de protection des ressources en terre et en eau,
  • Promouvoir les campagnes d’éducation et de sensibilisation sur la protection des écosystèmes et la gestion de l’environnement.

Cern-Cenco

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *