RDC : un atelier en vue de la cartographie de la situation de la forêt du bassin du Congo

Les représentants de onze diocèses de la République démocratique du Congo ont participé du 19 au 20 octobre à Kinshasa à un atelier de formation organisé par le Réseau Ecclésial de la forêt du Bassin du Congo (REBAC) afin de prendre part à une étude qui permettra de savoir ce qui se fait dans le domaine forestier pour envisager le type de plaidoyer à mener.
Il s’agira de recueillir les informations sur les réalisations de l’Eglise en matière de gestion environnementale et particulièrement dans la mise en application de l’encyclique « Laudato si’ » du Pape François sur la protection de l’environnement, notamment.
En effet, les forêts du Bassin du Congo rendent d’importants services au reste de la planète en ce qui concerne notamment la lutte contre les changements climatiques globaux et la régulation des cycles hydriques. La valorisation des forêts au travers des mécanismes innovants de financement tels que la REDD/REDD+, le MDP, le fonds fiduciaire, les fonds verts pour le climat pourra générer des retombées financières pouvant améliorer les conditions de vie locales, consolider la paix et contribuer au transfert de technologies nouvelles bénéfiques pour le pays, estime le REBAC.

Ces forêts sont essentielles pour les populations qui en dépendent. Elles regorgent de grands potentiels en matière des produits forestiers non ligneux (PFNL), malheureusement pas très bien connus, moins valorisés, même pour ceux considérés comme les plus exploités.
Ce riche patrimoine fait face à une déforestation et une dégradation qui détruisent le cadre de vie de centaines de millions de personnes et met en danger des milliers d’espèces végétales et animales. La déforestation est aussi responsable de 20% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, selon les experts.

Le REBAC estime nécessaire et urgent de « réaliser une étude pour savoir exactement ce qui se fait dans le domaine forestier pour envisager le type de plaidoyer à mener ». Les participants à l’atelier de Kinshasa réaliseront ainsi cette étude censée faire l’état des lieux, mieux la cartographie de la situation de la forêt du Bassin du Congo, sont venus des diocèses de Uvira, Bukavu, Kisangani, Boma, Inongo, Mbandaka, Luebo, Mbuji-Mayi, Lubumbashi, Lilwa-Kasenga.
La secrétaire générale de l’Union des supérieures majeures (l’association des religieuses en RDC), la sœur Catherine Mitembe, qui représentait en même temps l’Association des supérieurs majeurs (branche masculine) ainsi que une représentante du Centre missionnaire Laudato Si’ tenu par les Missionnaires Comboniens du coeur de Jésus à Kinshasa.

Cern-Cenco

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *